Tous les bons manuels vous présenteront non pas les bonnes situations de faire une levée de fonds mais à quel moment vous devez faire votre levée de fonds et utiliser les « bons fonds au bon moment ». En fait ça nous donne la courbe de la typologie des investisseurs en fonction de la vie de l’entreprise, représentée ci-dessous :

typologie-investisseurs

Cependant, la vraie question est POURQUOI je dois faire une levée de fonds. On pourrait croire qu’en lisant cette courbe qu’il faut passer par des investisseurs pour renforcer ses fonds propres.

Ce n’est pas tout à fait juste, et il y a 5 bonnes situations pour être accompagné par un investisseur :

Situation 1 : Vous êtes un spécialiste fauché !
Vous êtes un spécialiste reconnue dans votre domaine, le « geek plus ultra » mais vous n’avez pas d’argent et il vous faut développer encore 1 an voir 2 ans la solution technique et commercialisable. Dans ce cadre, il est indispensable de trouver un investisseur afin de faire un POC (proof Of Concept ou preuve du concept) afin de développer un produit commercialisable.
Il est évident que ce ne doit pas être le spécialiste qui doit prendre les risques.
En revanche, sa participation dans le capital risque d’être limitée souvent moins de 15% du capital. Mais mieux vaut avoir « une part d’un gros gâteau qu’une grosse part de pas grand-chose ».

Situation 2 : Un industriel à forte croissance et au besoin d’investir !
Dans ce cadre, vous avez à la fois besoin de fonds pour investir dans de l’équipement industriel et financier l’augmentation de votre besoin de trésorerie …. (Pardon !) … de jouer le banquier pour vos clients en accordant des délais paiement et vous créer un stock de marchandises que vous n’avez pas encore vendues.

Effectivement, il est souvent rare qu’une telle croissance soit financée par les banques. Donc, augmenter le capital permet de rassurer les banquiers (et jouer sur les effets de levier, on verra ça plus tard dans un autre article) qui pourront vous accompagner dans le financement de vos investissements et l’apport en capital par des investisseurs permettra de financer votre stock et les délais de paiement clients.

Situation 3 : la Start-up : vous avez la super idée à forte marge et à forte croissance … mais vous n’avez pas un « centime »

Un peu comme le « spécialiste » mais vous avez trouvé le super modèle économique à forte marge … MAIS … il faut être le premier sur le marché et avoir la place numéro 1.

Nous sommes typiquement dans un modèle de start up (Départ et décollage) ! Vous avez besoin de beaucoup de fonds pour faire du marketing, et jouer sur l’attractivité de la marque.

Ce que vous avez comme valeur c’est un nom ou une marque qui va prendre des parts de marché très rapidement.
Là encore, les investisseurs sont des outils indispensables pour jouer dans ces modèles car les banques investissent rarement dans du « marketing ».

Situation 4 : La transmission d’entreprise
Il existe de nombreuses entreprises qui ont une longue histoire, et sont bien implantées sur un marché. Lors d’une transmission, il faut pouvoir transmettre la société à ses descendants mais si la société a pris beaucoup de valeur, il peut être difficile pour les repreneurs de pouvoir acquérir seule la société.

On utilise souvent des outils tels que les LBO (Leverage Buy Out ou achat par une société holding). Ce sont souvent des montages plus complexes afin de pouvoir acquérir une société sans subir une dilution trop forte en capital (ou que les descendants se retrouvent sans parts de capitaux suffisants pour décider seul de la stratégie de la société).
Ce sont des schémas classiques, qui permettent de maintenir une société dans un patrimoine familiale.

Situation 5 : Le « divorce » d’actionnaires.
Même si lors d’un pacte d’actionnaires vous définissez votre acte de divorce, il arrive souvent qu’au « court du chemin » des actionnaires ne partagent plus la même vision stratégique, ou ne s’entendent plus tout simplement (surtout si la société génère d’important profits). Si la société prend de la valeur, il est souvent difficile pour l’actionnaire qui reste de pouvoir financer le rachat de titres (ou de parts de société) seul.

L’utilisation d’investisseur peut être un moyen utile de passer cette période afin de ne pas créer des déséquilibres de bilan et continuer le développement de la société.

Hors de ces 5 situations, je reste perplexe quant à l’utilisation d’investisseurs :
– Entreprises en difficultés ? ça dépend, en tout cas généralement au détriment des chefs d’entreprises.
– Entreprises en phase de création sur un marché certain mais avec une croissance stable ? Là encore c’est le chef d’entreprise qui va céder trop de parts de capital.

Dans tous les autres cas, la seule vérité est de savoir ce dont vous avez besoins. Pour cela vous avez besoin :
– d’un plan de financement
– d’un tableau de trésorerie

Sans ces deux outils, vous allez ouvrir votre capital à des investisseurs sans avoir utilisé les autres outils possibles de financement et lors de vos assemblées générales vous avez des « actionnaires passifs » qui peuvent … vous gênez pour la bonne marche de votre entreprise (qui n’est plus tout à fait la vôtre).

Si cet article vous a inspiré, merci de vous inscrire ci-dessous à ma news lettre et vous recevrez instantanément et gratuitement mon livre sur les 4 étapes du financement.

N’hésitez pas à me laisser un commentaire.

Merci

FTL

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...